Qu’est ce que la sociologie?

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Qu’est ce que la sociologie?

Livre G. Perrec, « espèce d’espèce »

Discipline scientifique émergeant avec des conditions particulières ( politique, dévelopement ). On traitera dans ce cours surtout de l’école française, bien que la discipline comme vue en allemagne, en angleterre, et à chicago seront abordés.

La sociologie française est dite durkheimiene.

R.Aron « les sociologues sont d’accord sur un point : la difficulté de définir la sociologie » in 18 leçons sur la société industrielle Galimard, 1962

« Les étape de la sociologie »

La sociologie n’est pas structurée autour d’un corpus stable ni homogène. ( étude des déterminations vs des marges )

A.Compte forge le terme de sociologie ( association du latin socio avec le grec logos )

« Cours de philosophie politique » paris, anthropos, 1968

Bruno Latour, philosophe, affirme que la vie de laboratoire montre que les sociologues sont aussi des hommes et des femmes, que le principe d’objectivité n’est pas toujours respecté.

B.Latour : « nous n’avons jamais été modernes »

Abbé seyes

définition du pitit robert :

L’étude scientifique des faits sociaux et humains étant considérés comme appartenant à un ordre particulier et étudiés dans leur enemble ou à un degré haut d généralité, concernant les êtres humains.

Banalité

P. Bourdieu 1984 « questions de sociologie » paris, minuit.

La sociologie est une science qui dérange.

Tout le monde peut expliquer le monde de façon plus ou moins réaliste, plus ou moins raisonnée, construite, développer un discours sue son propre environnement social et lui donner du sens, ou souligner son absence de sens. ( discussions dans les bars, s’il n’est question de ragots ou de sport, c’est de sociologie… ) on parle alors de sens commun, définissant la moyenne, qui n’est pas pour autant exact.
L’humain ne dira jamais qu’il n’est pas à la hauteur de mener une conversation sur la société, pour préserver son image sociale dans une perspective positive.

Avec bourdieu, la sociologie se popularise ( l’Homme s’oriente, croit en comprendre les mechanismes et portent un jugement ). Ces discours reflètent des idées générales mais qui sont empreintes de subjectivité, visant à un bien personnel et non favorisant l’intérêt général.
Les valeurs, principes, est soutenu par un système de légitimations ( raisons ), de justifications à son appartenance à une religion, de ses moeurs. Cet ensemble de jugements sont partagés par un groupe auquel on marque son appartenance en soutenant les mêmes valeurs.

Habitus : structure (mentale, relativement stable dans le temps) structurée (déterminante, éventuellement à notre insu ( prédéterminée ) dictés par le souci de s’inscrire dans une tradition) et structurante (qui a une efficassité pour l’action, détermine le type d’action que l’on va faire ) .
ou plus simplement, cela rejoint l’idée d’habitude.

livre :
Michel Houellebeq : la possibilité d’une ile Paris, Fayard, 2005

La culture contemporaine occidentale diffuse des concepts sociaux, les popularise, les banalise. ( exemple de la 3ème génération d’immigrés )

— couronnes périurbaines ( structuralites ) —

Face aux sociologues, les gens ont deux réactions principales :
– on comprend rien, ou c’est pas intéresant.
– on se demande pourquoi c’est aussi long alor qu’on pourrait dire les choses autrement, plus simplement, on trouve ça pédant.

Lorsque l’on rapproche un essaiste cultivé, un impliqué et un sociologue, on peut se demander qui est le plus susceptible de trouver une bonne réponse à un problème. La sociologie visant à séparer l’affectif du fait social, on arrive à la conclusion que les productions de la science sont plus légitimes que les résultats de la vulgarisation.

Singularité

A/

Il n’existe pas de théorie générale et unique en sociologie. Les théories sont plurielles, concurentes, parfois même contradicatoires, bien que cela ne les empêche pas d’être compatibles dans les faits.
Pour ce qui est de l’école, de la formaton, il existe deux postulats : l’un déterministe, l’autre actionaliste.
Le déterminisme consiste en un repérage des mechanismes pesant sur l’individu et son conditionnement
L’actionalisme soutient l’existance de la liberté d’un individu pour orienter son action.
Ces phénomènes sont concourants dans la réalité.

Livres:
Bourdieu & Passeron, « les héritiers » minuit
Bourdieu & Passeron « la reproduction » minuit

La réussite scolaire est conditionnée par l’origine sociale et culturelle des écoliers. Les enfant des classes populaires sont face à l’examen final inférieurs aux enfant bourgeois, car l’école juge les compétences, nonaissances acquises en curs, mais aussi à dehors de l’école, par les sorties culturelles en familles. Ainsi, vivre dans un milieu valorisant la dimension culturelle aide aussi à la réussite scolaire, par une acquisition de compétences sans douleur, ans réel travail. Le système colaire reproduit donc en conéquence les différences sociales, les renforce, mais ne le dit pas.
On se pose beaucoup la question alors de l’inné et de l’acquis, comme causes d’inégalités, et la part de chacun.

Livre :
Boudon P. (1989 ) effet perver et ordre social paris, puf

Il considère des cas d’individus échappant à cette règle, grâce à de stratégies individuelles, mettant ainsi en évidence une liberté des individus face aux contraintes de l’envronnement dans lequel ils évoluent. Parent et enfants construisent des stratégies pour atteindre un point d’arrivée bien défini, sur la bases des informations et possibilité disponibles et connues. Plus une famille est aisée, plus les ambitions des parents pour les enfants sont élevés.
Les ambitions pour les filles même de nous jours retent généralement en dessous de celles des garçons ( surtout du point de vue des parents ) La trajectoire de réussite pour l’un et l’autre sont différentes, et les enfants adhèrent aux ambitions des parents.

Essentialisme :

B/

une même démarche d’analyse pour des approches différentes

livre :
Bourdieu P. 1989 la noblesse d’état, grandes écoles et esprits de corps paris, minuit

Au delà des différences des approches théoriques, la démarche prend toujours en compte des pratiques, représentation sociales du vécu pour les rendre intelligibles.
La sociologie se donne pur but d’dexpliciter l’implicite, (rôle du langage dans l’orientation scolaire, règles stylistiques, l’école a son propre langage par exemple, il faut éviter de parler a la première personne dans une dissertation )
Les milieux populaires savent commment parle la bourgeoisie et peut s’en moquer, marquant une distance sociale, sign dérisoire de l’absence de maitrise des codes spécifiques à la bourgeoisie. Certains ont un désir de montrer son appartenance à un milieu intellectuel, mais ne font qu’illusion auprès de ceux n’en faisant pas parie ( dans son propre milieu ). en une stratégie de mise à distance plus ou mons réussie.

Livre :
Labon, W. 1976 sociolinguistique paris, minuit

C/

rupture épistémique

livre :
F. de Singy dans « A quoi sert la sociologie » dir. B.Lahre, paris, découverte, poche, 2002

La sociologie existe pour mettre à distance des points de vue trop attachés à notre situation particulière (ethnocentrisme, c’est à dire le point de l’ethnie ; androcentrisme c’est à dire le point de vue de l’homme ; hétérocentrisme c’est à dire le point de vue de l’hétérosexuel etc )
La sociologie a pour but de se dégager des positions étroites auxquelles on appartient. La sociologie n’a pas pris de point de vue normatif, ( définisant si quelque chose est bien ou mal ), elle a pour fonction de rompre avec les habitudes, éloigner le proche, rapprocher les concepts éloignés.
Elle a aussi une fonction détabilisante, incomfortable, pour mettre a plat des faits, et non des idéologies.

Il existe deux façons de mettre cela en application. La plus radicale est de ne reconnaître aucune compétence ni utilité à ‘agent social. ( ceux qui sont concernés et leurs dires )
La vision plus nuancée a pour objectif de mettre à distance les préjugés tout en acceptant les discours des acteurs sur leur propre situation, les prenant en compte dans une certaine mesure. Le sens commun est mobilisé.

Livre :
fortune et infortune de la femme mariée
traite de l’hétérogamie en opposition à l’homogamie du couple ( milieux sociaux d’origine diférents ou identiques )

D/

La société est une contruction, non un donné.

Livres:

H.Becker Outsiders, étude de sociologie de la distance, paris, 1985
Champagne P. 1990 faire l’opinion, le nouveau jeu politique, paris, minuit
le nouveau discour sur le monde, en rupture avec le naturalisme.
A. Tocqueville De la démocratie en amérique, flammarion, 1981
A.Beggar, A. Chaouitte Ecran d’identité, seuil.
l’intégration n’est pas seulement l’affaire des immigrés et de leurs enfants, c’est aussi celle des « français de souche »
( règlementations naturalisées, caractère relatif des conventions sociales )
Goffmann, E. stigmates, les usages sociaux du handicap, minuit 1975

Les normes, conventions sociales sont construites socialement, ces normes peuvent etre concurents, à l’origine de stigmates. Les normes sociales sont souvent l’oeuvre de certains groupes sociaux : « d’entrepreneur de morale ».

( complété le 10/11/06)

livre :
Becker H. outsiders, études de sociologie de la déviance, Paris, Metaillé 1985 ( 1963 )

Dans un cas où la politique demande à la sociologie de faire une étude sur les problèmess de la drogue, le sociologue est supposé tenir un discours renforçant l’interdit. Or, pour toute question, le premier travail du sociologue est de déconstruire les représentations communes et de définir le sujet de façon sociologique, en rupture avec le discours naturaliste. Son travail consiste à mettre en question l’incontestable. Il comptera dans la catgorie drogues, non seulement les produits illicites auxquels l’on s’attend, mais aussi les produits entrés dans les moeurs, tels que l’alcohol ( vin ) et la cigarette. Le rapport produit déâsse au final le cadre auquel l’état l’aurait circonscrit. En effet, selon les contextes du pays, la notion de drogue varie beaucoup, la politique législative étant très différente d’un pays à l’autre.
La sociologie n’est pas au service d’une quelconque entité spécifique, mais elle peut être utilisée par toutes.

L’intégration sociale est une question centrale. Afinde l’étudier, la première chose à faire est de se demander si la question est nouvelle, ou si elle a été étudiée avant, quand, pourquoi, dans quelles conditions et dans quel contexte elle émerge.
Se pose aussi la question de ce qu’est l’intégration, est être intégré à ses yeux propres ou à ceux d’autrui que l’on considère? On peut en effet être totalement intégré à ses propres yeux, mais ne pas l’être aux yeux d’autrui. Par exemple, se sentir intégré, avoir un travail, une famille, se conduire en citoyen responsable ( avoir réussi sa vie ), et se retrouver confronté aux réactions des administrations, par exemple, à cause du nom de famille, sous entendant une origine étrangère, qui conduit les employés administratifs à demander des papiers supplémentaire etc. Ce que l’on est est aussi ce que les autres voient de nous.
De quelle intégration parle-t-on?
Il faut aussi définir ce qu’est l’intégration, et ce qui lui importe. De celui qui n’a pas de papiers ou celui qui en a et brûle des voitures, lequel est le plus intégré? On peut en effet être (officiellement) intégré et déviant.

Livres :
Beggar & Chaouitte A. Ecarts d’identité, seuil, 1990
Alexis de tocqueville, de la démocratie en amérique, paris, flammarion 1981 ( 1835 )
Goffmann, stigmates, les usages sociaux du handicap, minuit, 1975

Le stigmate est la diparition de l’identité derrière un signe ( trait, stéréotype ) Il peut être positif ou négatif. On ne considère pas une personne, mais un russe, un premier de la classe, un émigré, une femme, un étudiant fauché XD
Goffmann parle de labeling ( étiquetage ).

C/
La sociologie opère en accord avec la « middle range théory » – combinaison de mesures empiriques, limitées à un sujet restreint, et de réflexion théorique s’appuyant et s’adaptant aux changements, visant à développer une théorie unifiée, expliquant chaque aspect des « attitudes sociales ». ( merton )
D’après Michel Calon, les théories sociologiques devraient porter une date de péremption, ( comme les yahourts ), ses sujets évoluant constemment, tout autant que les relations exstants entre eux, sans compter l’apparition de nouveaux sujets régulièrement dont il faut aussi tenir compte. ( il y a quelques années, personne n’aurait pené qu’il existerait un jour un métier comme les webmasters )
Il existe un ensemble de propositions relativement stables dans le temps, il s’agit de savoir différencier kles granes tendances des mouvements transitoires.

Par exemple, une grande tendance est le mouvement d’individualisation des conduites ( on affirme la place de l’individu indépentant de la tendance, de sa place dans la société son appartenance à un groupe etc.), datant du siècle des lumières, et se répercutant de nous jours encore ( émergence de la science, émancipation par rapport à la religion, émancipation politique, des femmes, des enfants, des homosexuels etc. )

Pour ce qui est des tendances changeantes, on peut citer la nécéssité de repenser des catgories sociologie professionnelles stables à priori, à la suite de l ‘avènement des nouvelles technologies, ou la notion de proximité selon qu’on la considère comme rapprochement des corps, ou contact intellectuel ( la question se pose notemment en politique, avec la recrudescence des blogs-po, dans le but de réintéresser les gens à la politique. La tradition veut que la proximité des reprsentants avec les citoyens se fasse dans la rue, et non par machines interposées. Une discussion a t elle plus de valeur ( ou une valeur identique? ) si elle est tenue dans un bar / sur la place d’un marché, ou sur un forum numérique?
La fidélité conjugale en est encore un autre exemple. On se marie « pour la vie » mais l’espérance de vie est passée de (grosso modo) 40 à 90 ans. La vie mariée serait donc passée de 20 à 80 ans. Si on se marie pour la vie maintenant, on peut considérer qu’on se marie pour quatre vies d’avant…. L’engagement a, pour le moins, pris une autre dimension avec le temps.

Conseil : travailler en dehors des cour, lire beaucoup de livres.

Livre :
la controverse M. Wellec ( roman abordant la question du clonage, de l’identité?)

middle range theory

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *