L’ergonomie : définition et domaines de spécialisation

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Définition de l’ergonomie

L’ergonomie, ou l’étude des facteurs humains, est la discipline scientifique qui vise la compréhension fondamentale des interactions entre les êtres humains et les autres composantes d’un système. Elle agit pour la mise en oeuvre et la conception de théories, de principes, de méthodes et de données pertinentes afin d’améliorer le bien-être des hommes et l’efficacité globale des systèmes ( iea 2000 ).

« De façon générale, l’ergonomie se définit comme une multi-discipline ayant pour objet l’étude spécifique du travail humain », conception ou tranformation « tant au niveau technique que socio-organisationnel. » (Moulin, Monique)

A. Laville précise que l’ergonomie atteint ses objectifs notamment par une « action sur le contenu de la tache ».

Le développement des connaissances en ergonomie est essentielement fondé sur l’intervention de terrain. Saisir la particularité de chaque situation de travail avant d’en rechercher les généralisations possibles est la condition des connaissances produites. L’ergonomie ne saurait se baser sur de la recherche en laboratoire.

Origine des domaines de spécialisation en ergonomie

Selon l’IEA, l’ergonomie possède des domènes de spécialisation (2000) qui sont :

  • l’ergonomie physiologique,
  • l’ergonomie organisationnelle et
  • l’ergonomie cognitive.

Ces spécialisations renvoient à des compétences développées par les ergonomes d’apres leurs formations initiales et leur pratique. Les ergonomes sont spécialisés dans au moins deux des domaines cités ci dessus. L’existence de ces domaines est en relation avec les cursus de formation initiale en ergonomie ( psychologie, physiologie, ingénierie, syndicalisme, médecin du travail etc. ). Il n’existe pas encore de formation type pour l’instant, pour devenir ergonome.

Description des domaines de spécialisation en ergonomie

L’ergonomie physique

L’ergonomie physique se base sur des caractéristiques physiques des personnes,physiologiques, anatomiques, anthropoogiques, et biomécaniques. C’est à dire les caractéristiques de l’homme dans sa relation à l’activité physique. Ces aspects se retrouvent dans les themes comme la posture, la manipulation d’objets, la disposition du poste, la sécurité, la santé, les troubles musculo-squelettiques (TMS).

L’ergonomie cognitive

L’ergonomie cognitive se penche sur les processus mentaux, le traitement de l’information, les caractéristiques cognitives de l’homme (perception, memoire, raisonnement). Elle observe leurs effets sur les interactions entre les personnes et les autres composantes du système. En particulier, on retrouve les thèmes des charges mentales ( sur- et sous-charges ), de la prise de décision, de l’interaction homme-machine (Interfaces, conception de menus etc. )

L’ergonomie organisationnelle

L’ergonomie organisationnelle se base sur l’optimisation des caractéristiques des systèmes socio-techniques (Structure organisationnelle, règles, processus). On retrouve dans cette catégorie les themes du travail collectif, de la conception, des nouvelles formes de travail, notemment le télétravail… Elle considère l’homme comme un élément d’une organisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *