Modèles psychopathologiques

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Modèles psychopathologiques

Naissance de la psychologie clinique

La combinaison de la philosophie et la science conduit à la création d’une nouvelle clinique, la psychiatrie. Elle a une fonction :
sociale mettant en lien la psychiatrie et la police ( cité, ville, maintient de l’ordre, pas dans l’institution ) qui sont chargés de veiller à ce que les sujets humains ne causent as de troubles de l’ordre public.
thérapeuthique, chargée de soigner les troubles mentaux.
Scientifique : produire des connaissances sur la maladie mentale, ses origines, causes, son fonctionnement, et ses conséquences. Cette troisième fonction est la psychologie pathologie ( disours sur les souffrances de l’âme ).

La psychopathologie prend a sa charge une exigence du discours scientifique : le principe de causalité, mettant à l’écart toute explication magique, basée sur la religion etc.
A la position cartésienne, dualiste ( âme et corps sont séparés ), le psychopathologue préfère une conception moniste.
La psychiatrie privilégie donc une élection organogénétique. La psychopathologie quand à elle est divisée quand à l’importance de chacun des facteurs :

Modèles purs :

1/ organique, liée au corps, à la nature, l’animal, la cause peut être un accident, une maladie.
2/ une causalité psychique, liée au langage, à la mémoire, à l’imaginaire… il peut s’agir d’un accident de la vie subjective
3/ dans le cadre de la considération de l’être social pris d’emblée dans la relation à l’autre, peut avoir une cause politique, ou liée à la culture, aux rapports entre individus. On parle alors de sociogénèse.

Du point de vue psychopathologique, il en résulte les variations suivantes :
4/ la psychologie-phénomènelogie, inspirée par E. Hussert, Heideger, H. Jasper, L. Bringswanger
5/ la psychologie animale qui considère le paradygme comportementaliste.
6/ la cybernétique, employant des modèles congnitifs ( souvent combinée à la psychologie animale ).
7/ traitement des nevroses par la parole : la psychanalyse

1/ modèle organogénétique :

Décalqué sur des modèles strictement médicaux, ( modèle anatomopathologique ), il incarne le paradigme naturaliste. Il consiste à mettre en rapport un trouble mental repéré par ses symptomes ( conduites, comportements ) avec une atteinte physique ( lésion, organe, le cerveau en particulier ). Tous les courants psychologiques s’en remettent en dernière instance à un sousbassement organique pour expliquer le fait de la maladie.

Le seul cas dans lequel une cause organique constitue une origine avérée est la paralysie générale évolutionnelle démentielle, qui est progressive et accompagnée de mégalomanie ( euphorie et d’idées de grandeurs ). La preuve a été faite par Bayle et Noguchi que la paralysie générale est causée par une inflammation des méninges dus aux tréponèmes de la syphillis.
La frénésie de la recherche pour rendre compte de l’ensemble des causalités des maladies nait à partir de ce modèle ( y compris la psychiatrie biologique ).
Les traitements expérimentaux ont un mérite plus thérapeutique, qu’épistémique.

Livre : J.N. Missa naissance de la psychiatrie biologique, puf.

Mise en évidence des processus organiques de certaines affections dont la paralysie générale, des démences des vieux, maladie d’alzheimer, explications de types spécifiques d’aphasie.
L’approche biologique a permis l’utilisation des premiers neuroleptiques, tels que le lithium pour traiter les psychoses maniaco dépressives.
Limites : Les préjugés biologiques se généralise; manifestations résulteraient toujours directement, mécaniquement d’une cause biologique dans l’organisme. ( ndlr : et si c’était le contraire? ) L’étude des zones activées dans les zones du cerveau schizophrène n’en dit pas la vérité : la modification bilogique peut être déterminée par le fonctionnement psychique ( le taux d’adrénaline du sujet augmentant avec la colère ou la tension amoureuse )
On naturalise la folie, en lui enlevant sa dimension humaine.

2/ modèle psychogénétique

On a toujours pensé que la folie a des causes morales. Ces facteurs moraux ont été recherchés dans des situations plus ou moins dramatiques de l’ existence, des émotions fortes ( deuil, perte, actes dépassant le sujet ). Cela va des évènements politiques ou sociaux, aux catastrophes naturelles, historiques, sociales, liées aux passions, abandons etc. En d’autre termes, lié à l’existence, l’histoire, la position du sujet. Ces causes morales se réduisent toujours à un radical commun : le rôle potentiellement pathogène de l’existence.
Ces difficultés sont toujours d’ordre moral, faisant intervenir chez tout homme un conflit entre désir et satisfaction, l’idéal et le réel. En ce sens, elles manifestent l’action du psychique sur le moral et font intervenir l’action de la pensée et des sentiments d’autrui.
La première forme de la théorie de la nature et de l’étiologie morale des maladies mentales( esquirol, pinel, stahl ) ont inspiré à la fin des années 40 la perspective de la psychiatrie morale d’H. Baruk. Il est possible d’inclure d’autres acteurs particuliers à condition de ne se référer à une causalité psychique que comme médiatrice de l’action d’une cause somatique avérée ou supposée.

E. Beuler et Clérambault GG.

3/ modèle sociologiegénétique

La cause est considérée comme sociale
R. Bastide sociologie des maladies mentales.

La maladie mentale est le résultat d’une perturbation de la relation à l’autre et au monde. Pour eux, tout ce qui se présente comme crise ou dysfonctionnement social serait susceptible d’entrainer des pathologies, des troubles.En conséquence, toute prise en charge, tout traitement doit passer par une remise en cause des structures sociales, culturelles ou politiques. Contrairement aux modèles précédents, les caractères sont hétérogènes, mes mouvements non liés entre eux ni par une théorie, ni par des pratiques institutionnelles communes.

Le modèle est marqué par son caractère :
– réactionnel qu’en psychiatrie traditionnelle
– contestataire des structures politiques
– de contre expérience, volonté d’expérimenter des lieux et traitements autres que pour avoir une explication nouvelle ou une doctrine.

La psychothérapie institutionnelle est née à st alban en lauzère, en 1945 grâce à G. daumezon, L. Bonnafé, F. Tesquelles. Ce mouvement est caractérisé par l’idée que les malade mentaux pouvaient et devraient participer à leur propre guérison, que l’institution avait elle même un aspect thérapeutique, et qu’une prise en charge passe pas la dialectique.
Le mouvement anti psychiatrique se développe en europe ( uk, ita, france ), il est inspiré de l’existentialisme de sartre et conteste la psychiatrie en tant qu’institution, et le traitement ( médicalisation de la folie ).

R. Laing, et Esterton A. D. Cooper
Mary Barnes et J. Berke « voyage à travers la folie » seuil, point
Expérience italienne : la psychologie démocratique ( F. Basaglio ) obtient une fermeture d’institutions des hopitaux psychiatriques par une action politique.
Le asiles ont une autre portée que le simple « grand enfermement », mais sont un refuge.

Livre : Mario tobino, les derniers jours de magliano, fosse aux ours

expérience française : avec une portée moindre, le mouvement conduit à la prise en charge de certaines idées dans la psychanalyse
Maud mannoni, ( bon oeil ), étudie la psychose infantile et publie « un temps pour vivre » et « l’éducation impossible » seuil, poche

ethno psychiatrie, ethno psycho-pathologie

Un ensemble de mouvements se sont interrogés sur la question de la variation inter et trans culturelle de la maladie mentale, la variation des formes, symptomes et traitements etc, ainsi que des contacts et conflits entre les cultures.

Gee Roheim, psychoanalyse et psychopathologie, complémentariste
G. Devereux « essais d’ethnopsychiatrie génétique e essais de psychoanalyse génétique » «psychothérapie d’un indien des plaines »
MC et E ortigues publient « oeudipe africain »
Tobie Nathan, consulat de france à jérusalem, prof de psychologie à paris )
héritier de devereux
« la folie des autre » et « l’influence qui guérit »

difficulté : on ne peut pas rendre compte de la folie en la subordonnant au sujet, on retrouve alors des formes de déterminisme monique.

Modèle psychophénomènologique

issu de la rencontre pratique et réflexion philosophique.

E. Husserf, K. Jaspers, L.B. Binswanger, Grivois

L’apport réside dans le fait de situer le fait clinique dans un ordre proprement humain, une perspective sur le vécu du monde pour un sujet à partir de la signification de la situation elle même. Cette pratique est fondée sur les notions de sympathie, d’empathie, d’authenticité, de tolérance, de bienveillance, courant à l’origine de l’idée de non directivité.

C.Rogers

limite : maintient une forme de dualisme, à partir de l’opposition de la compréhension du processus
– ordre du compréhensible
– ordre de non sens, incompréhensible, renvoyant à un processus réel, organique, cette approche ne laisse pas de place à la psychanalyse et ses rapports à l’inceste et au sexuel.

les conceptions pluridéterministes

modèle organo-dynamique

Il s’agit d’une théorie synthétique de l’organo et de la psychogénèse des maladies mentales.
Comme les théories organiques rémchaniques, l’organo dynamisme admet un processus organique qui constitue le substrat héréditaire congénital ou acquis des maladies mentales. Il se distingue dans la mesure où elle ne fait as dépendre directement et mécaniquement les symptômes des lésions.

L’action déterministe est admise d’un trouble générateur cérébral / somatique. Cette théorie fait jouer un rôle considérable à la dynamique des forces psychiques dans la structure c’est à dire dans la constitution du tableau clinique et évolutionnel des maladies mentales. Le modèle est inspiré par la théorie évolutionniste ( darwin ) et du neurlogue uk John Jackon qui peut décrire de façon condensée en 4 points :

– l’organisme et l’organisation psychique qui en émerge constituent un édifice dynamique évoluant dans le temps et hiérarchisé ( structuré )résultant de l’évolution, de a maturation et de l’intégration des structures nerveuses, de la conscience et de la personne.
– la maladie mentale survenant et l’effet d’une dissolution, d’une déstructuration ou d’une anomalie du développement de cet édifice structural
– le processus organique est l’agent de cet accident évolutif, action destructive et négative
– la régression ou immaturation a tel ou tel niveau de la structure va donner à la maladi mentale se physionomie clinique ( organique ou pas )

« rappel schématique »

/ médecine moderne, science somatique

philosophie médicale -> science moderne <

psychiartie -> psychologie pathologie -> étiologie

  • organogénèse – > psychologie biologique
  • psychogénèse
  • sociogénénèse

-> psycophénoménologie ( husserf, jaspers, binswanger, T. Grivois )

tentatives de rapprochements des méthodes classiques :
-> organo dynamisme ( henri Ey )
-> modèle cognitivo comportemental – modèle cognitif / cybernétique + psychologie animale / behaviorisme)
-> biopsychosocial

-> la psychologie clinique se met en place en parallèle

  • aux USA avec Lighter witner qui conçoit l’idée de clinique pour recevoir les malades mentaux

  • en france avec pierre janet
  • en allemagne avec sigmund freud qui avec J. Breuer instaure une psychologie clinique, puis la « psycho analysis » ( psychanalyse )

Freud, ( 1956 tchecquie – autriche – 1939 londres ) est d’origine juive, mais non pratiquant. N’ayant pu embrasser la carrière de prof de neurologie ( de part son origine ), il exerce en privé la neurologie pour des patients névrosés ; il rencontre les hystériques, au cours d’un stage dans le cabinet de charcot à paris, au cour de laquelle, praticien de toute technique disponible ( electrothérapie, hydrothérapie, suggestion etc. ). Si l’on peut définir la psychothérapie comme toute médecine qui soigne les troubles mentaux comme psychologiques, il faut percer le mystère de son efficacité. Freud distingue :
– l’efficacité du langage dans le soin du psychisme ( le mots agissent sur les maux )
– on ne peut considérer le langage sans tenir compte de la relation entre le thérapeute et le patient, l’effet d’influence du thérapeute sur le patient.

Ces deux phénomènes guident freud dans son travail d’émancipation se la psychanalyse.

Freud est spécialisé dans la suggestion et l’hypnose. Chez charcot puis chez Liébault et Bernheim ( nancy, allemagne ). De ses formations, freud tire un modèle d’hystérie expérimentale qui consiste à produire chez un sujet sain, des symptômes de type hystérique. Le sujet est mis sous hypnose, puis on lui fait une suggestion ( cécité hystérique, bouffée de chaleur ). Le sujet présente alors des symptômes qu’il ne pourra pas expliquer. Ces derniers disparaissent lorsqu’ils sont confrontés à la suggestion de façon consciente ( qu’ils ont une explication du comportement ). Freud en déduit que le savoir inconscient induit un symptôme.
Pour lui, le symptôme est attribuable à l’action d’un savoir inconscient; si ce savoir est révélé, le symptôme disparaît. Si on insiste, qu’on force la résistance du sujet à se souvenir, ce dernbier émergeait et la connaissance de ce savoir conduisait à la disparition du symptôme. Il en tire alros l’idée qu’une action thérapeutique est possible. En supprimant l’ordre inconscient du sujet sous hypnose, ou en le rendant conscient, le symptôme cesse. Freud se retrouve confronté au cours de sa formation à trois limites à la valeur de la méthode de suggestion :

-> tous les sujets ne sont pas hypnotisables.
-> certains sujets hypnotisés ne répondent jamais à la suggestion
-> certains sujets même suggestionables s’attachent au symptôme.

Le symptome n’est pas aussi simple qu’il n’y parait, freud conclu par un abandon de l’hypnose suite à une réflexion éthique et clinique, d’autant qu’il la considère comme un viol psychique ouvrant la voie à la manipulation. Pourquoi aurait on la liberté de faire intrusion dans le psychisme d’un sujet plus librement que dans son organisme? Si le refus par le sujet, manifesté en ne se soumettant pas à la suggestion ou en ne se détachant pas du symptome en faisait un sujet « vrai »? Freud se rappelle certains patients hypnotisés qui se souvenaient de l’ordre inconscient à leur réveil, à la condition d’insister. La voie est alors ouverte à l’analyse des résistance : les mêmes forces intervenant dans l’opération de refoulement s’opposent au retour du refoulé.
Freud comme neurologue fait l’étude des paralysies qui est pour lui la voie d’accès à une meilleure connaissance des causes psychiques.

( exemple : une femme avait une paralysie de la jambe gauche, parce que son père lui posait la main sur ce genou lorsqu’il était dans son lit de mort )

Question : quel est l’origine de l’ordre inconscient dans le cas des hystéries ( non expérimentales ) ?.

La réponse lui vient par comparaison entre la paralysie vraie, bien connue de lui de part sa formation de neurologue, et la paralysie hystérique. Celles ci sont définies par des lésions dans le système nerveux ; leur localisation permet d’expliquer que tel sujet présente une hémiplégie gauche, droite, une paraplégie ou une tétralégie. Freud et ses contemporains découvrent l’existence de paralysies n’obéissant pas aux lis de l’anatomie ( pas de lésion, paralysie locale, asthamie, abasie etc.).

La perspective de charcot, est d’orientation organo-génétique : les paralysies relevant de l’organicité, on trouvera les causes lorsque le développement de la science sera plus avancé.
La perspective de Freud est que la paralysie hystérique est explicable à partir d’un organisme sain, le sujet est malade de l’idée qu’il se fait de son corps. Les sujets humains, parce qu’ils sont sujets au langage, n’ont pas le même rapport à leurs organes que les animaux. Les humains ne sont pas soumis directement aux fonctions organiques, mais on doit trouver le fonctionnement de ces organes dans le langage. Tout se passe comme si l’organisme était doublé d’une image du corps. ( l’organisme étant le biologique, le réel, et le corps étant une représentation imaginaire ).

Freud est alors amené à inventer l’hypothèse de deux lésions :
-l’une réelle, paralisie médicalement traitée.
-l’autre psychologique, dans le moi, la représentation, pour laquelle il conçoit une nouvelle théorie des rapports entre les organes et le psychisme dont le concept de refoulement est la pierre centrale ( d’angle ) Pour le comprendre, il faut passer par la question du sexuel au sens freudien.

Pourquoi le refoulement? Dans quelles conditions s’opère-t-il? Comment peut on le repérer?

Dans son expérience, freud découvre que les souvenir oubliés, étant à l’origine des symptômes des névrosés ont toujours trait au sexuel, à ne ps confondre avec les pulsions génitales poussant l’homme et la femme l’un vers l’autre, mais l’existence de pulsions partielles travaillant à leur satisfaction. La sexualité est tout ce qui vise à un plaisir, une satisfaction. Pur le comprendre il faut saisir les notions qui la composent :
– le pulsionnel est le montage entre quatre éléments, une source ( le corps ), une poussée, un objet d’expression, et un but qui est la satisfaction ou le plaisir.
– Le désir est un élan vers un objet, fondé sur le manque, un ravalement amoureux découlant d’une incompatibilité entre amour et désir.
– L’amour, qui est une forme d’attachement et de dépendance, d’appropriation d’un objet que l’on ne peut garder sous la main, l’investissement de l’autre, l’importance de ce que l’on est pour lui.
– La jouissance enfin est le plaisir tiré d’un objet, la recherche du plaisir passe par l’excès, les sensations/émotions fortes.
La pulsion sexuelle est composée de pulsions partielles dont la pulsion scopique ( oeil ), la pulsion invocante ( voix/oreille ) etc.

Le concept de sexuel chez freud se déduit de ce que l’on peut appeler constitution de l’humanité comme espèce et processus de constitution du sujet humain; ce n’est plus, comme chez les animaux non parlants, l’instinct qui règle le rapport aux objets ( qui peut être investi ). C’est la langage et le désir, car le langage est dimension de l’absence. Dès lors, la question se posant est d’essayer d’expliquer ce qui pousse une sujet pour tel ou tel objet ( partenaire, type de nourriture, type d’activité etc. ) Freud est amené à faire une distinction ( qui se complexifie par la suite ) entre la sexualité ( plaisir ) et la sexualité traumatique. Les pulsons, le désir et l’amour ne sont pas traumatiques en soi. Le traumatique tient à ce que comme sujet humain, le sexuel nous vient trop tôt par rapport à notre capacité à traites / symboliser l’excitation sexuelle : les sujets humains, enfants, ont confrontés à quelque chose d’incompréhensible, impliquant un autre, et d’ou découlent des formes d’attentats sexuels venant de camarades de leur âge plus développés par exemple. Ce que le sujet vit et découvre s’oppose à ce qui fait effraction ( l’influence extérieure ). Freud l’a découvert avec le hystériques.

Neurotica : tous les hystériques avaient des pères pervers, l’intrusion de cette sexualité adulte dans la vie de l’enfant cause le traumatisme. Cette idée a été abandonnée rapidement par freud.

Pour lui, il s’agit d’un événement de nature sexuelle qui se produit dans la vue d’un sujet à une période où il ne peut pas le symboliser ( avec le langage ).

Cas d’emma 🙁 naissance de la psychanalyse )
Cette jeune fille, patiente de freud souffre d’une phobie : elle ne peut entrer dans un magasin seule. Elle évoque un souvenir, à ses 13 ans, elle entre dans un magasin où deux commis ont ri à son entrée ; elle précise que l’un de ces commis ne lui était pas indifférent. Prise de panique, elle s’est enfuie et la phobie a commencé. Suite au travail de remémoration, elle se souvient d’un événement plus précoce : à 8 ans, elle s’achetait des bonbons dans un magasin, et le magasinier lui avait mis la main entre les jambes, avec un grand rictus aux lèvres. Elle a continué malgré tout à retournée à cette boutique pendant une longue période, comme si elle voulait que l’évènement se reproduise, ce qui cause chez elle après coup un sentiment de culpabilité.

L’évènement traumatique est celui de ses huit ans, mais le déclencheur, par mécanisme d’association entre le rire et le rictus, est l’évènement ultérieur, à 13 ans, a déclenché « l’effet d’après coup » comme cause efficiente de sa phobie. La mauvaise conscience, son sentiment de culpabilité ne sont pas pour rien dans ses symptômes. Le sexuel ne provoque donc pas en lui même un symptôme, mais doit être repris dans un procès symbolique qui met en fonction le jugement du sujet, ses instances. Le refoulement est donc lié à la fonction de jugement.

2 comments

  1. Psychology-lessons Reply

    Effectivement O_o
    J’ai refait une passe sur une partie des articles. Je me fais parfois peur à moi même :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *