Henri Wallon

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Wallon

1879 – 1962
issu de la bourgeoisie intellectuelle, il fait l’école nomrale supérieure, puis, agrégé de philosophie en 1902, il devient neurologue en 1908 après avoir fini ses études de médecine. Psychopathologue, il étudie la psychologie des enfants, et écrit sa thèse sur les cas d’enfants turbulants. Il s’intéresse au développement moteur, la desription des stades de ce développement. Il a une vie politique engagée, d’abord dans la résistance, puis dans le marxisme et le communisme.

1946 il est secrétaire général, a une chaire de psychologie de l’éducation de l’enfant au collège de france. Il prépare une réforme de l’enseignement, qui ne sera jamais appliquée par la suite.

Livre : L’homme en développement

Comme chez bruner, il considère le prélangage de protodialogue, le langage en acte, l’expression des émotions dans un dialogue tonico emotionel, en tant qu’échange mère – enfant. La pensée se développe d’après lui par le langage dès le départ.

Il se base sur le second livre de darwin, la filiation de l’homme.
L’enfant dans le milieu humaine saint enmaillé dans le langage, sa personnalité est influencée par la société. Le bébé est considéré comme une personne, un être social, de connaissance et d’émotion,
en une convergeance entre les grandes approches clinique, sociale et cognitive.

L’enfant est dépendant de k’autre et va donc devoir s’adapter à l’autre. Les objets n’existent qu’en référence à un autre, médiateur, faisant entrer l’enfant dans la culture. Il a une vision holiste ( globale ) en considérant que l’être est pluriel.
Ces dimensions doivent cohabiter, le développement doit se faire dans tous le domaines, plus ou moins en parallèle. Les anciens concepts ne sont jamais totalement abandonnés, ils coexistent et engendrent des conflicts de pensée lorsqu’ils sont contradictoires. Il faut réguler ces conflicts de pensée. Ceci est fait par une alternance fonctionnelle, on s’oriente plus vers l’un ou l’autre dialiecte entre les attitudes qui nous constituent. Celles ci se groupent en deux catégories, l’une fonctionnelle, centrifuge, l’autre centripète, construit pour soi même, avec sa connaissance, les deux entrant dans la logique d’accomodation et l’adaptation autour d’un sujet.
Il en tire une loi d’alternance fonctionelle : certains stades sont plus l’un ou l’autre et comprennent en leur sein des variations plus subtiles.

Discontinuités : émergence de la capacité à distinguer signifiant et signifié

Le langage est un système de signes, conduisant à une rupture de pensée ente enfant parlant et enfant ne parlant pas. Les stades sont radicalement tout, tout comme la capacité d’action de l’enfant qui parle, bien supérieure à celle de lui pour qui ce n’est pas le cas.
La fonction sémiotique est essentielle dans la distinction entre la psychologie et pensée humaine et la pensée animale, naturelle.
Le développement e fait par accumulation et appropriation d’outils culturels ( parole, visions, mythologies, culture etc ). Les humains racontent des histoires, on parle par conséquent de pensée discursive ( du discours )

l’origine de la pensée chez l’enfant se découpe en stades :

phase centrifuge :
-impulsivité motrice ( 0 à 6 mois, déveoppement psychomoteur, tourné vers soi, sensibilité intero et extéroceptive )

phase centripète :
-stade émotionnel ( 6 mois à 12 mois, symbiose affective avec l’entourage, l’émotion indiférenciée devient outil d’intensions.)

phase centrifuge :

-sensori-moteur et projectif ( de 1 à 3 ans, tournée vers les objets, mise en place de la représentation langagière )

phase centripète :
-stade dupersonalisme ( de 3 à 6 ans, séparé en une période de crise d’opposition, une revendication du monde propre, et une période de grâce ( 4 à 5/6 ans ) durant laquelle l’enfant veut sédure, essaye de plaire )

phase centrifuge :
-stade catégoriel ( 6 à 11 ans )activité intellectuelle, capacités d’analyse en augmentation, compréhension de concepts et scolarité )

phase centripète :
-adolescence ( période d’opposition, éviolution par indépendance et opposition à l’autre, (travail de deuil constant de l’humain) )

2 comments

  1. Pierre Reply

    Bonjour , Henri Wallon ne serais t’il pas nait en 1879 ? Ou vous ne parlez pas de sa naissance mais d’une periode de sa vie ?

    • Cornelia Reply

      Merci pour ce retour! Je ne sais plus si le cours parlait d’une période de sa vie, donc j’ai modifié la date pour éviter les confusions 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *