L’appel à la peur

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Effet de l’appel à la peur

Hygiène dentaire

Le contenu du message est un appel à la peur, lorsque c’est le cas, on a beaucoup de contradictions dans les résultats.

Janis et Fesbach 1953

Ils mesurent l’attitude initiale par rapport à l’hygiène dentaire (on sait qu’il faut, mais c’est coûteux). Puis présentent une communication avec différents niveaux de peur.

Une peur forte est matérialisée par des photos de dents avariées, un texte parlant des possibilités pulmonaires graves, risques de cancer et paralysie qui peuvent découler d’un mauvais brossage de dents. La peur modérée est constituée d’images moins dramatisantes et des explications de danger atténuées. Enfin, la peur minimale se présente sous forme de rôle des dents, de photos de dents saines et d’une explication de l’utilité d’une bonne hygiène dentaire. Ils ont par ailleurs effectué un pré test pour vérifier les niveaux de peur de chaque communication.

Leur hypothèse générale est que plus les gens auraient peur, plus ils adopteraient le comportement utile. Ils ont compté ensuite le nombre de lavages dentaires pendant un moi. Pour le niveau de peur faible, il est de 36, modéré il passe à 22 pour retomber à 8 en cas de peur forte. Les résultats sont significatifs mais contraires à ceux qui était attendu : une forte peur est complètement inefficace.

Expérience de Dabbs et Leventhal sur le vaccin du tétanos

On montre trois films, avec niveau de peur différent recommandant le vaccin antitétanique, puis enregistre le nombre de sujets venus se faire vacciner spontanément à l’hôpital. Avec un niveau fort, l’intention de se faire vacciner exprimées est de 5.17, dont 22% allant se présenter à l’hôpital, contre 4.12 en cas d’intension faible, et 3% allant effectivement se faire vacciner. Ici, le message a forte peur amène les gens à aller se faire vacciner. Le comportement est accordé aux intensions et aussi significatif. A noter que la mesure ici est comportementale, vs attitudinelle.

Pour le tabac et les dents, le message à forte peur ne marche pas, le faible marche mieux. Pour aller se faire vacciner contre le tétanos, c’est le contraire. L’interprétation de Rogers et Mawborn 1976 est que la forte peur a plus d’impact quand il existe un remède qui ne demande pas beaucoup d’efforts de la part du sujet. La cigarette n’a pas de vaccin, les dents, c’est couteaux. L’ensemble des messages persuasifs se basant sur l’appel à la peur détermine deux traitements possibles de l’information. L’une consiste à contrôler la peur d’avoir quelque chose, en refusant alors de traiter le message préventif. L’autre consiste à contrôler le danger, en traitant le message à fond et en profondeur. Il existe aussi une autre branche dans laquelle on trouve le message sans intérêt pour soi, je suis résigné, et cela passe loin au dessus. Ceci peut être aussi une méthode pour contrôler la peur bien sur. La réaction, le traitement est une variable purement individuelle. Le type de message entraîne un type de comportement particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *