Code de déontologie du psychologue3 minutes de lecture

Présentation du code de déontologie

Le code déontologique des psychologues est disponible à l’adresse suivante: http://www.sfpsy.org/

Il n’a pas de valeur légale mais énonce les principes que chaque psychologue se doit de respecter. La référence à ce code dans un contrat de travail peut s’avérer utile pour préciser les droits et devoirs du psychologue et de son employeur. Il est révisé tous le 4 ans pour mettre à jour une nouvelle version tenant compte de l’actualité de la psychologie. La première version date de 1961, et provient de la société française de psychologie.

Le code de déontologie a été élaboré par plusieurs associations dont l’AEPU (association des enseignants de psychologie des universités), l’ANOP (association nationale des organisations de psychologues) et la SFP cité ci-dessus. Il se compose de plusieurs parties: un préambule et trois titres:

  • principes généraux,
  • exercice professionnel, et
  • formation.

La finalité du code est surtout de protéger le public contre les mésusages de la psychologie et contre l’usage de méthodes et de techniques se réclamant abusivement de la psychologie.

Principes généraux

Respect de la personne

La personne doit donner son consentement libre et éclairé. Autrement dit, elle doit avoir été suffisamment informée oralement ou par écrit pour prendre une décision. L’explication doit être donnée sous une forme compréhensible. On doit avoir vérifié que la personne a compris l’information, a eu un délais de réflexion pour faire son choix. Le choix est dit libre si le psychologue s’abstient de toute pression ou incitation de type avantages de carrière, argent, chantage etc.

Principe de compétence

Les compétences et connaissances théoriques du psychologue doivent être régulièrement mises à jour.

Principe de responsabilité

Le psychologue décide du choix et de l’application des méthodes et techniques psychologiques qu’il conçoit et met en oeuvre. On ne peut en aucun cas lui imposer ses méthodes.

Principe de probité

Le psychologue doit respecter scrupuleusement ces règles dans toutes ses relations professionnelles. C’est vrai y compris pour ses relations avec des collègues etc.

Qualité scientifique

Les modes d’intervention choisis par le psychologue doivent pouvoir être expliqués de façon raisonnée. Autrement dit, ils doivent être justifiés sur leur fondements théoriques et de leur construction. Cela garantit qu’ils puissent être sujet à débats. En d’autre termes, la démarche scientifique doit être à la base de toute intervention et justifiable.

Respect du but assigné

Les dispositifs mis en place doivent prendre en considération les utilisation possibles qui peuvent en être faites par des tiers.

Indépendance professionnelle

Une demande formulée de manière orientée ne doit pas altérer l’indépendance de son évaluation.

Close de conscience

Dans toute circonstance où le psychologue estime ne pas pouvoir respecter ces principes, il est en droit d’invoquer la close de conscience. Par exemple, dans un cas où la non assistance à personne en danger est en conflit avec le principe du secret professionnel, la close de conscience lui permet d’arbitrer sur l’action la plus adéquate à la situation.

L’exercice professionnel

  • chapitre 1 : titre de psychologue et définition de la profession
  • chapitre 2 : conditions d’exercice de la profession
  • chapitre 3 : modalités techniques de l’exercice professionnel
  • chapitre 4 : devoirs envers les collègues
  • chapitre 5 : le psychologue et la diffusion de la psychologie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *