Les psychoses1 minutes de lecture

La psychose freudienne à travers le président Schreber

Freud fait une analyse grammaticale et logique à partir du livre sur le cas Schreber.

Préhistoire

La psychose existe depuis longtemps, mais elle a un sens très générique. Kreppelin essaye d’en faire la maladie mentale par excellence. Le modèle de la psychose et la catatonie, c’est-à-dire la perte de spontané, l’inertie et le négativisme, qui peut aller jusqu’à la négation de soi-même, avec des effets parfois destructeurs sur les fonctions organiques. Cela implique aussi des problèmes psychomoteurs. Bleuler a associé la schizophrénie à la catatonie.

Quand Freud arrive, il récuse l’organe en genèse et veut l’expliquer par la théorie de la libido. Il entre par la porte de la schizophrénie. Young, travaillant chez Bleuler, et alors son étudiant, propose la lecture à Freud du cas Schreber, ce qui l’amène à poser sa théorie.

Je décris le cas d’après les cours dans les articles liés ci-dessous. J’ai beaucoup apprécié ces parties du cours car je comprend mieux avec des exemples concrets. Si vous voulez lire le cas à la source, on retrouve le cas du président dans Cinq Psychanalyses.

Sinon, nos profs nous avaient conseillé Psychanalyse des contes de fées, et je n’ai pas été déçue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *