Prédiagnostic et Diagnostic3 minutes de lecture

Le prédiagnostic ou analyse de l’existant

Le pré-diagnostic fait un état des lieux. Il d’évaluer l’ampleur du problème initialement posé et permet de formuler une ou des hypothèses sur l’origine possible de ce problème. L’analyse de l’existant permet aussi d’identifier les facteurs qui affectent les comportements problématiques.

Des méthodes ouvertes pour comprendre

L’observation ouverte, guidée par les principales questions soulevées lors de l’analyse de la demande permettent de construire un premier modèle de compréhension de la situation. L’analyse de la demande auprès des acteurs en lien avec le problème guident des entretiens complémentaires. Ces entretiens permettent de cerner la représentation que les acteurs ont de leurs actes.

Une hypothèse sur la base de données réelles

L’ergonome décrit les tâches prescrites et l’activité en fonction de contraintes. Celles ci sont établies à partir d’observations comportementales, d’actions très spécifiques à la tâche. L’analyse et la synthèse des données recueillies permettent d’établir un pré-diagnostic. Le pré-diagnostic se base sur la formulation d’hypothèses quant-aux causes du problème à résoudre.

Deux exemples

Exemple 1

Dans un atelier, quatre postes ne respectent pas les consignes de sécurité. Ils adoptent au contraire des comportements à risque.

A la suite de l’analyse des postes et d’entretiens, on remarque que ces comportements à risque apparaissent uniquement dans des conditions particulières chez ces ouvriers.

L’hypothèse formulée est que ces comportements à risque sont liés à des contraintes temporelles. Ils permettraient aux ouvriers de faire face à ces contraintes. La forte pression temporelle pousse l’opérateur à intervenir sur le dispositif en marche. Il passe sa main près de lames rotatives en action, ce qui provoque une fatigue musculaire et accroit le risque d’accidents.

Exemple 2

Des comportements violents d’enfants prennent place dans une école. L’ergonome observe d’abord les enfants et fait des entretiens avec les enfants et les encadrants (profs, familles). Les données récoltées laissent supposer que les violences apparaissent seulement quand l’enfant est en échec. L’hypothèse est que les conduites agressives ont un rôle de protection de l’image de soi.

Diagnostic

L’élaboration du diagnostic résulte d’une mise à l’épreuve des hypothèses issues du pré-diagnostic. Cette étape vise à confirmer ou infirmer l’hypothèse émise sur l’origine du problème. Les hypothèses confirmées conduisent à des propositions d’actions, alors que celles infirmées conduisent à la formulation de nouvelles hypothèses.

Des méthodes fermées pour confirmer l’hypothèse

Les techniques employées pour tester l’hypothèse sont plus fermées. L’ergonome utilise des questionnaires, tests, entretiens dirigés et observations systématiques.

Exemple 1

Des observations systématiques sous différents contraintes de temps sont réalisée pour vérifier qu’il y a un lien ente la contrainte de temps et l’apparition du comportement à risque.

Exemple 2

On réalise des observations systématiques en faisant varier la situation d’échec. On obtient différentes observations en situation d’échec et de réussite de différent type de tâches: scolaire, jeu, contexte social etc. On peut aussi faire passer une échelle d’estime de soi, d’attribution causale de réussite ou d’échec etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *