Le modèle de Lewin: globalité et minutie de l’étude et de la formation au service du changement en entreprise ou de la stabilité politique?

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

L’approche de Lewin requiert minutie et globalité de la transformation pour porter ses fruits

L’approche léwinienne exclut la systématisation de l’approche: elle nécessite une étude minutieuse pour comprendre ce qui se passe à un instant t, dans une situation donnée.

L’expérience sur les ménagères a été détaillée, étudiée pour comprendre l’ensemble des forces à l’oeuvre, aussi bien du point de vue d’aspects culturels, sociaux, que des canaux du changement. Il a repéré en amont les personnes ayant une influence sur le changement. C’est à partir de ces observations que les ménagères ont été ciblées comme porteuses des changements de consommation.

La recherche de Bavelas de changement d’un atelier de peinture dans une fabrique de jouets a échoué par son manque de globalité. L’entreprise est revenue à l’organisation antérieure car elle était à l’origine de dysfonctionnements : écarts de salaires difficiles à gérer, difficultés pour approvisionner l’atelier de peinture en amont, débit était trop important en aval, ce qui créait des problèmes de stockage. Le manque de globalité de cette expérience l’a conduite à son échec.

Limites du modèle Lewinien dans le cadre du changement planifié

Le changement planifié est décidé en dehors des sujets qu’il impplique. Les mesures d’association du personnel ne sont que des mesures d’accompagnement, de facilitation du changement. On peut y voir des tentatives de manipulation. L’ensemble du mouvement des ressources humaines mettent l’accent sur la réduction des tensions. Vous pensez qu’il contribue à maintenir le système en place, à le faire accepter plus facilement.

La formation des groupes pour faciliter le changement contribue aussi à stabiliser le système actuel

Les techniques de formation du groupe mis en place par Lewin (le T- group) permet d’acquérir des connaissances au niveau de la conduite de groupe. Ses collaborateurs en ont fait des outils du changement social, dans l’objectif de contribuer à un changement vers une société plus démocratique. Former des relais, des agents de changement social permet de promouvoir ses attitudes, des valeurs démocratiques dans toutes les différentes organisations. Aident-elles au changement ou à maintenir en place l’existant?

La formation dispensée ne donne cependant pas accès aux relations de pouvoir institutionnel. La formation met en scène un groupe de pairs, mais ceux qui participent sont souvent les dirigeants, les personnes à responsabilité. Sur le terrain, les enseignements n’ont pas d’action sur le politique. Ces formations donc mettent de l’huile dans les rouages du système sans le modifier. Au contraire, elles le protègent des conflits qui pourraient le mettre à mal.

Le psycho-social au service du changement et de la quête de sens au travail

La posture sociale des psychologues sociales sur le terrain varie Jacqueline Barus Michel, professeur contemporain, fait une distinction entre l’intervention psychosociale et l’analyse psychosociale.

L’intervention psych-sociale est centrée sur l’accompagnement du changement. Elle est sous-tendue par une valorisation du changement en tant que progrès.

L’analyse psycho-sociale répond à une demande des travailleurs en réponse à des problèmes

L’analyse psychosociale a l’objectif de répondre à la demande de groupes de pratiques (les travailleurs) face à des problèmes, qui sont en dernier ressort lié au sens du travail, de la pratique professionnelle. Le psychologue vise à reconstruire le sens de leur pratique. Les groupes construisent un changement de leur identité professionnelle. Lewin propose un modèle du changement dans un contexte particulier. Il en existe d’autres.

Conclusion : l’interdépendance des membres du groupe le distingue de la somme de ses parties

En conclusion, pour Lewin, le groupe est posé comme un tout différent de la somme de ses parties. Ce qui le spécifie et l’interdépendance de ses membres et de ses composants. Sa conception permet de noter la spécificité du groupal. Le groupe d’individus crée une réalité d’un autre niveau.

Le concept d’interdépendance est proche du concept d’interactions au sens statistique du terme. Le test d’interaction statistique est utilisé lorsque l’on veut étudier l’effet combiné de deux variables indépendantes. Par exemple, on étudiera les effets de la prise d’alcool sur la vigilance, du manque de sommeil sur la vigilance, puis du manque de sommeil combiné à la prise d’alcool. Il y a interaction lorsque les effets des deux variables indépendantes sur la variable dépendante est significativement différent de la simple somme des effets des variables prises individuellement. Il peut y avoir amplification ou atténuation des résultats en cas d’interaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *