Modèle dynamique du groupe de Léwin : origines dans la Gestalt théorie, influence de Cassirer et de Galilée

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Modèles dynamiques : origines du modèle Léwinien du groupe

Le travail de Kurt Lewin (1890 — 1947) peut se diviser en deux périodes. Il travaille dans un premier temps sur la psychologie individuelle, en modélisant la dynamique de la personne. Dans un deuxième temps ils s’intéressent enfin à la question du groupe, en s’appuyant sur ce concept de base élaborée au cours de la première période.

On ne peut comprendre sa conception du groupe qu’en connaissant sa dynamique de la personne. Son biographe Marrow, distingue ses années allemandes et ses années américaines. Psychologue de l’école/université de Berlin, au laboratoire de psychologie jusqu’en 1933, il émigre aux USA, étant juif d’origine. De 1933 jusqu’à 1947, on parle de ses années américaines.

Influences de la Gestalt Théorie sur le modèle Lewinien du groupe  durant ses années allemandes

Au cours de sa formation, il est très fortement influencé par les théories de la Gestalt. La Gestalt pose que la perception peut et doit être analysée en termes de tout organiser : la forme. Le tout est différent de ce que serait la simple somme de ses parties, car il y a une qualité autre. Il est une entité distincte. Lewin s’est imprégné de la notion de globalité de la Gestalt.

L’influence du philosophe Cassirer sur les travaux de Lewin

Une autre influence importante au cours de sa formation et celle du philosophe Ernst Cassirer. Il a subi ses cours durant un an, et la vision de la recherche de la science de ce dernier a impressionné Lewin. Pour dépasser les limites d’un niveau donné de connaissances, le chercheur en général doit démolir les tabous méthodologiques qui condamnent comme non scientifique ou illogique les méthodes de concept nouveaux. Ces mêmes concepts plus tard constitueront les fondements des principaux progrès à venir. Le philosophe met en avant l’audace scientifique. Lewin n’a pas hésité lui-même à briser de nombreux tabous de son époque. Il s’attache à étudier de réalités qui était alors considérée comme inaccessible à la science. Pensons en particulier à la motivation, aux émotions, aux intentions etc.

La conception de la psychologie de Lewin

Une approche expérimentale ancrée dans l’action sur le terrain

La psychologie pour Lewin s’intéresse d’abord à la vie quotidienne des gens. Il est unique car il était un des rares psychologues capables de transposer un problème de la vie quotidienne en une expérience contrôlable. C’est ce qu’il fait notamment lorsqu’il transforme les habitudes alimentaires des ménagères (cf. cours de L2). Il a toujours refusé de dissocier son travail de chercheurs des citoyens. Ils forgent en ce sens au concept « d’action research » qui est à l’origine de l’ancrage de la psychologie sociale dans des questions de société. Il met en avant l’importance de l’approche expérimentale des question de terrain et des questions de la théorie. Il ne reste pas au niveau de l’empirisme puisque

une science en théorie est une science aveugle et que « rien n’est plus pratique qu’une bonne théorie ».

La prise en compte du contexte et de l’objet dans sa relation au contexte

Lewin rentre épistémologiquement sa théorie dynamique individuelle dans un mode de pensée galiléen. Il le fait par opposition à un mode de pensée aristotélicien. Aristote explique les événements en référence aux caractéristiques des objets ou éléments concernés. Si une boîte tombe, c’est parce qu’elle est lourde. Un objet en mouvement tend vers le lieu que la nature lui désigne. Au contraire, dans la physique moderne, le mode de pensée différent. La tendance d’un corps à s’élever ou à tomber est dérivée de la nature de la relation de ce corps à son environnement. Le poids lui-même du corps dépend de cette relation. Les caractéristiques de l’objet ne perdent pas d’influence, mais la situation est prise en compte.

Lewin souligne le côté significatif du fait que Galilée n’a pas étudié les corps lourds en tant que tels, mais a étudié la chute libre, et le mouvement des corps sur un plan incliné. Le mouvement dépend à la fois des caractéristiques de l’objet et de l’environnement dans lequel il se trouve. Lewin transpose cela dans la dynamique de la personne et pose l’équation :

Comportement = f(p,e)t ; avec p pour personne et e pour environnement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *