Déterminants cognitifs de la résolution de problème3 minutes de lecture

L’approche procédurale de la résolution de problèmes

L’approche procédurale étudie les étapes du raisonnement. Elle s’inspire de la métaphore informatique en se basant sur le modèle du STI (système de traitement de l’information). Le STI met en interaction un système de transmission, de calcul et un système de mémorisation. Autrement dit, une interface utilisateur, un processeur et une mémoire morte où on peut stocker des connaissances antérieures et les résultats de la résolution de problème.

Ce système permet la manipulation de symboles, captés, encodés, qui peuvent ensuite être transformés. Cela reste une comparaison rudimentaire, limités à la métaphore informatique.

La résolution de problème

La résolution de problème peut être conçue comme un cheminement travers un espace de résolution. Il y a un espace de base du problème. Cet espace peut être représenté par un schéma où l’on porte toutes les actions successives possibles. Pour chaque état, on détermine exhaustivement toutes les transformations possibles, et donc tous les états intermédiaires possibles. On procède ainsi jusqu’à l’atteinte du but, en incluant les voies sans issues, et les détours…

L’activité de résolution peut alors être représentée par un espace problème du sujet. Il prend la forme du chemin emprunté dans les branches de l’espace de base du problème. Ce chemin représente les raisonnement et actions réellement effectuées parmi les actions possibles. Cela traduit en quelque sorte la représentation que se fait le sujet du problème. Ces théories n’expliquent pas cependant les différences entre sujets face au même problème.

Différentes stratégies de résolution de problème

Pour résoudre un problème, l’individu met en place une stratégie. Celle ci est un ensemble de principes directeurs ou de règles. Cet ensemble est susceptibles de diriger l’élaboration ou l’exécution d’une procédure.

La stratégie mise en place peut être algorithmique. Une stratégie algorithmique teste systématiquement toute les solutions jusqu’à trouver la bonne.

Elle peut aussi être heuristique. Une stratégie heuristique guide la recherche de solution vers des zones spécifiques.

  • L’heuristique peut être régressive. On part de la solution, et on revient vers la situation de départ par étapes successives.
  • L’heuristique peut être progressive. On part de la situation initiale pour progresser vers le but.

Elle peut aussi être une stratégie de transfert analogique. Dans ce cas, le sujet transfère un savoir acquis dans un autre domaine pour faciliter la résolution du problème.

Enfin, la stratégie mise en place peut être une exploration aléatoire. Dans le cas où la situation rencontrée est totalement nouvelle, aucune information préalable n’aide à diriger la stratégie. Cela revient à procéder au hasard par essai et erreur.

Les avantages de ce modèle

Ce modèle du traitement de l’information met en avant:

  1. la nécessite d’une analyse fine, qualitative de l’activité, et
  2. la diversité des modalités de résolution.

Elle fournit une base conceptuelle et méthodologique de description inférentielle de l’activité mentale. Elle est utilisable pour des espaces de problème variés. Elle explique les différences interindividuelles par les différences de ressources dont elles disposent. elle explique les variations intra-individuelles par la variation des contraintes du problème.

Lectures conseillées

Raisonnement, résolution de problèmes et prise de décision est un livre très complet qui détaille clairement les différents processus cognitifs. Il brosse une vue d’ensemble de l’état des connaissances sur ces aspects de la psychologie cognitive. Pour plus de profondeur, Les activités mentales est plus pointu et aborde des sujets moins couverts dans la littérature comme le contrôle de l’activité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *